Aaron

AARON, arrière-petit-fils de Lévi et frère aîné de Moïse, né en Egypte vers 1574 av. J.-C.

Dieu l’appela pour aider Moïse à délivrer les Hébreux de la captivité d’Egypte. Voulant convaincre le Pharaon de la vérité de leur mission, les deux frères accomplirent plusieurs prodiges devant lui : à la voix de Moïse, la verge d’Aaron se changea en serpent, et les dix plaies ravagèrent l’Egypte. Le Pharaon, effrayé, consentit à laisser partir les Hébreux. Pendant les quarante jours que Moïse passa sur le Sinaï, Aaron, cédant aux prières et aux menaces du peuple, éleva le veau d’or, en imitation du bœuf qu’une partie des Hébreux avait adoré en Egypte, et le peuple révéra l’idole comme le dieu qui l’avait délivré de la captivité. Dieu pardonna à Aaron sa faute, il ne fut pas compris dans le massacre des impies. Premier grand prêtre des Juifs, le sacerdoce fut assuré à sa postérité. Ayant douté de la puissance de Dieu, il mourut avant d’entrer dans la Terre promise, à l’âge de 123 ans.

Dictionnaire universel d’histoire et de géographie Bouillet Chassang – 1878

AARON, frère aîné de Moïse, de la tribu de Lévi, né en Égypte en 1574 av. J.-C., selon Ussérius, en 1728 selon l’Art de vérifier les dates, eut part à tout ce que fit son frère pour délivrer les Hébreux du joug des Pharaons, et fut désigné de Dieu pour exercer le sacerdoce, lui et toute sa postérité. En l’absence de Moïse, qui était alors sur le mont Sinaï pour recevoir les tables de la loi, les Hébreux pressèrent Aaron de leur construire une idole, et il eut la faiblesse de faire ériger un veau d’or, qu’ils adorèrent à l’imitation du bœuf qui était adoré en Égypte. Il obtint cependant son pardon ; il fut même élevé par son frère à la dignité de grand prêtre, charge qu’il exerça le premier. Aaron parlait avec éloquence : il portait ordinairement la parole à la place de Moïse. Il mourut dans sa 123e année, et ne put entrer dans la terre promise parce qu’il avait douté de la puissance de Dieu.

 

MOÏSE ET AARON DEVANT PHARAON – La Bible d’une grand’mère – Comtesse de Ségur –

Pharaon reçut Moïse et Aaron ; mais, quand ils lui eurent dit qu’ils demandaient à tirer leurs frères les Israélites de l’esclavage, et à les faire sortir d’Égypte pour les mener dans un pays que le Seigneur avait promis à leurs pères, Pharaon refusa de leur accorder leur demande, disant : « J’ai besoin des Israélites pour les monuments que je fais construire dans toute l’Égypte ; je ne les laisserai pas aller ; je ne connais pas le Seigneur qui vous a envoyés vers moi. »

Moïse et Aaron insistèrent, mais Pharaon les chassa sans vouloir leur rien accorder. Il fit venir ses intendants et leur dit : « Augmentez le travail des Israélites ; refusez-leur la paille et le bois nécessaires pour faire les briques, et obligez-les, malgré cela, à apporter la même quantité de briques. »

Les intendants portèrent ces ordres injustes aux chefs des travaux ; les Israélites furent alors encore plus accablés de travail ; et, quand ils n’apportaient pas la quantité de briques qu’on leur avait demandée, on les battait de verges, de sorte qu’ils furent plus malheureux qu’auparavant. Ils allèrent se plaindre à Moïse et à Aaron.

Louis. Mais pourquoi ne se révoltaient-ils pas ? Puisqu’ils étaient si nombreux, ils pouvaient bien se défendre contre des injustices et des cruautés.

Grand’mère. D’abord, ils n’avaient pas d’armes, parce qu’ils étaient en état d’esclavage ; ensuite ils étaient disséminés dans toute l’Égypte, et, pour se révolter, il eût fallu se réunir, arranger des moyens de résistance, avoir des chefs.

Jacques. Mais Moïse et Aaron devaient être leurs chefs,

Grand’mère. Peu d’Israélites connaissaient encore Moïse et Aaron. On n’avait pas eu le temps de se voir, de décider ce qu’on ferait.

Quand Moïse et Aaron eurent entendu les Israélites qui se plaignaient et qui leur reprochaient de les avoir rendus bien plus malheureux qu’auparavant, ils consultèrent le Seigneur, qui leur dit de retourner chez Pharaon et de faire des miracles en sa présence pour le faire trembler devant la toute-puissance du Dieu d’Israël.

Moïse et Aaron allèrent parler encore à Pharaon, mais il ne les écouta pas plus que la première fois. Moïse jetant sa verge par terre, elle devint un serpent qui épouvanta Pharaon et sa cour. Moïse alors prit le serpent qui redevint une verge comme devant le buisson ardent. Les magiciens de Pharaon…

Paul. Qu’est-ce que c’est que des magiciens ?

Grand’mère. Des magiciens étaient des faux prêtres, qui s’alliaient avec le démon pour tromper les hommes et les empêcher de croire au vrai Dieu. Ces magiciens dirent à Pharaon de ne pas croire en la puissance des envoyés du Dieu des Israélites ; que ce qu’ils avaient fait n’était pas difficile et qu’eux-mêmes en feraient autant. « Faites, » dit Pharaon.

Alors les magiciens, ayant fait quelques préparatifs en invoquant le démon, jetèrent aussi leurs verges qui devinrent des serpents ; mais ils eurent beau faire, ils ne purent pas les faire redevenir des verges. Moïse et Aaron, voyant la frayeur de Pharaon et de sa suite devant ces serpents qui couraient partout, jetèrent par terre leurs verges qu’ils tenaient à la main : elles se changèrent en serpents, qui poursuivirent ceux des magiciens et les dévorèrent tous. Après quoi, elles redevinrent des verges comme auparavant.

Henriette. Ces serpents étaient-ils de vrais serpents ?

Grand’mère. Ceux de Moïse et d’Aaron étaient de vrais serpents, car le bon Dieu ne trompe personne, et c’était lui qui faisait ces changements. Mais les serpents des magiciens n’étaient que des apparences de serpents ; c’étaient des tromperies du démon, c’est-à-dire des choses qui ne sont pas ce qu’elles paraissent être.

Henriette. Grand’mère, je trouve cela très-singulier ; comment ces Magiciens pouvaient-ils faire les mêmes miracles que Moïse et Aaron ? et comment Pharaon pouvait-il distinguer que Moïse et Aaron fussent envoyés par un Dieu plus puissant que les siens, puisque les magiciens faisaient les mêmes choses merveilleuses ?

Grand’mère. Le démon, quoique infiniment moins puissant que le Dieu qui l’a créé, a pourtant conservé, par la permission de Dieu, une puissance bien supérieure à celle des hommes ; grâce à cette puissance, il aide ceux qui l’invoquent à tromper les autres hommes et à les faire aller en enfer après leur mort. Ces hommes assez méchants pour se faire amis du démon reçoivent ainsi de lui une certaine puissance qui parait miraculeuse, mais qui n’est rien auprès des vrais miracles exécutés par les serviteurs du bon Dieu.

Pharaon crut à ses magiciens et renvoya encore Moïse et Aaron sans vouloir les écouter.

Le Seigneur leur ordonna d’y retourner le lendemain et de faire d’autres miracles devant lui.

MARIE, SŒUR D’AARON, FRAPPÉE DE LÈPRE – La Bible d’une grand’mère – Comtesse de Ségur –

Un jour Aaron et sa sœur Marie se mirent à mal parler de Moïse. Ils se plaignaient de ce que Moïse commandait toujours. « Pourquoi ne commanderions-nous pas aussi ? disaient-ils. Dieu nous a parlé aussi bien qu’à Moïse ; ne sommes-nous pas autant que lui ? »

Le Seigneur, les ayant entendus, appela Moïse, Aaron et Marie, et leur commanda d’aller au Tabernacle. Ils y allèrent ; le Seigneur, se tenant dans la nuée à la porte du Tabernacle, fit avancer Aaron et Marie.

« Pourquoi, leur dit-il, avez-vous ainsi parlé de mon serviteur Moïse, le plus doux et le plus humble de tous les hommes ? Je lui parle face à face comme à un ami, parce qu’il est mon plus fidèle et dévoué serviteur. »

Le Seigneur alors s’indigna contre eux, et, leur ayant encore reproché leur jalousie, il se retira avec la nuée de devant la porte du Tabernacle ; et Moïse et Aaron virent Marie toute couverte d’une lèpre blanche, et le corps à moitié rongé par cette lèpre.

Aaron, la voyant ainsi, conjura Moïse d’intercéder pour elle, et demanda pardon de la faute qu’ils avaient commise tous les deux.

Alors Moïse cria au Seigneur : « Ô Dieu ! guérissez-la, je vous en conjure.

— Qu’elle soit jetée hors du camp pendant sept jours, répondit le Seigneur, et après cela on la fera revenir guérie. »

Marie fut donc chassée hors du camp pendant sept jours, et au bout de ce temps elle revint en bonne santé. Ce qui eût été impossible sans miracle, car cette horrible maladie était à peu près incurable. Et ceux qui parvenaient à en être guéris, ne l’étaient que très-lentement et avec plusieurs reprises du mal.

MORT D’AARON –La Bible d’une grand’mère – Comtesse de Ségur –

Le Seigneur parla à Moïse dans le Tabernacle, et lui donna encore d’autres lois concernant les Lévites, leurs devoirs, leur obéissance envers le grand prêtre, les sacrifices qu’on devait offrir, les purifications et les punitions des péchés, et beaucoup d’autres choses qu’il serait trop long de vous raconter.

Marie, sœur de Moïse et d’Aaron, mourut dans ce temps.

Les Israélites continuèrent leurs murmures et leurs révoltes pendant les quarante années qu’ils passèrent dans le désert. Au premier mois de la quarantième année, ils vinrent dans un endroit où il n’y avait pas d’eau. Le peuple commença à murmurer comme d’habitude ; le Seigneur dit à Moïse et à Aaron :

« Prends ta verge miraculeuse ; que toi et ton frère Aaron, vous assembliez le peuple. Parlez à ce rocher, qui est devant vous, il en sortira de l’eau en abondance. »

Le peuple étant assemblé, Moïse prit sa verge ; mais ni lui ni Aaron ne parlèrent au rocher…

Petit-Louis. Pourquoi donc, puisque le bon Dieu le lui avait ordonné ?

Grand’mère. Parce qu’eux-mêmes désobéirent au Seigneur ou plutôt ne lui obéirent pas entièrement. Ils pensèrent que parler au rocher ne suffirait peut-être pas, et qu’il était plus sûr de le frapper avec la verge qui avait servi à Moïse pour faire tous ses miracles.

Moïse, s’approchant donc du rocher, le frappa une fois, puis une seconde fois avec sa verge sacrée ; l’eau ne jaillit qu’au second coup ; il en coula une grande quantité, et tout le peuple put se désaltérer.

Mais le Seigneur, appelant Moïse et Aaron, leur dit : « Parce que vous n’avez pas eu confiance entière en ma parole, vous n’entrerez pas avec mon peuple dans la Terre promise. »

Ils arrivèrent ensuite à la montagne de Hor, et le Seigneur dit a Moïse :

« Prends Aaron et son fils Éléazar. Fais-les monter avec toi au haut de la montagne ; enlève à Aaron sa robe de grand prêtre, et mets-la à son fils Éléazar ; car Aaron va mourir, et c’est son fils qui sera grand prêtre à sa place. »

Valentine. Pauvre Aaron ! C’est terrible de mourir si vite.

Grand’mère. Il avait mérité cette punition, et Dieu la lui avait annoncée. Moïse fit ce que lui avait commandé le Seigneur ; aussitôt qu’ÉIéazar fut revêtu de la robe de grand prêtre, Aaron s’étendit par terre et mourut. Sa douceur et sa résignation lui valurent certainement le pardon de ses fautes.

Henriette. Je trouve que Dieu aurait dû le tuer après le veau d’or ; c’était une bien plus grande faute que de n’avoir pas parlé au rocher.

Grand’mère. Sans doute, ou du moins cela nous parait ainsi ; mais il faut voir que depuis la grande faute du veau d’or, pour laquelle Moïse lui obtint le pardon du bon Dieu, Aaron avait été nommé grand prêtre du Seigneur, ce qui devait le rendre bien plus saint et bien plus fort contre les moindres petites fautes ; il était d’autant plus coupable de n’avoir pas obéi exactement aux paroles du Seigneur.

Quand Moïse descendit de la montagne, avec son neveu Éléazar, qu’il présenta au peuple comme grand prêtre, et qu’il leur annonça la mort d’Aaron, tout le peuple éclata en sanglots et porta le deuil pendant trente jours.

Jacques. Au lieu de sangloter et de porter le deuil, pour prouver à Aaron leur amour, ils auraient mieux fait de lui obéir de son vivant et de le respecter davantage.

Grand’mère. Sans doute ; mais les Israélites étaient peu sages et surtout peu dociles, comme tu as pu le voir dans bien des occasions ; ce ne fut qu’à la mort d’Aaron qu’ils comprirent tout ce qu’ils lui devaient et combien ils perdaient en ne l’ayant plus.

Nouvelle Biographie générale (1852) – Firmin-Didot, 

AARON (אהרון, Aharon), premier grand prêtre des Juifs, frère aîné de Moïse, fils d’Amram et de Jochabed, de la tribu de Lévi, naquit en Égypte vers 1574 avant J.-C, et mourut dans le désert sur la montagne de Thor, à l’âge de 122 ans, en 1452 avant J.-C. Il seconda Moïse dans toutes ses entreprises pour délivrer le peuple hébreu, et reçut le titre de grand prêtre au pied du mont Sinaï, peu de temps après la sortie d’Égypte. Il porta le premier l’ephod, espèce de robe courte, sans manches, symbole de l’union des vertus sacerdotales. Son élévation fit beaucoup de jaloux, et excita une révolte qui ne put être apaisée que par un miracle. Pendant que Moïse était sur le mont Sinaï, Aaron céda aux instances des Israélites, qui demandaient un veau d’or pour l’adorer. Dans le désert de Gadès, il douta de la toute-puissance de Dieu et de l’exécution du miracle promis à Moïse. En punition de son incrédulité, il fut condamné à ne point voir la terre promise. La dignité de grand-prêtre passa à son fils Éléazar, puis à ses descendants en ligne directe. Les Juifs modernes croient qu’il existe encore des descendants d’Aaron : ils les nomment, en hébreu, Kohanimכהנים, c’est-à-dire prêtres.
Exod., chap. 4.6, 7, 8, 29 et 32. — Levitic., 9. — Joseph., Antiq., 1, 2, 3 et 4. — Lactance, De vera Sapient, lib. IV. — Seldenus, De Diis Syris.

Biographie universelle ancienne et moderne – Michaud – 1843

AARON, premier grand prêtre des Juifs, fils d’Amram et de Jochabed, arrièrepetitfils de Levi, frère de Moïse, et trois ans avant lui, en Égypte, vers l’an2130 de la création (1574 ans avant J.-C.). Lorsque Dieu voulut affranchir son peuple de la captivité d’Égypte, il associa Aaron à Moise pour cette importante mission ; et les, deux frères se rendirent ensemble auprès du roi d’Égypte pour lui annoncer les ordres du Seigneur, ce qui ne fit qu’endurcir encore plus le cœur de ce monarque. Pour le convaincre de la vérité de leur mission, ils furent obliges d’avoir recours à des prodiges. Aaron changea en serpent la verge de Moïse ; les magiciens du roi opérèrent le même miracle, mais le serpent d’Aaron dévora tous les autres. Rien de tout cela ne put ébranler le monarque ; Aaron changea alors en sang les eaux de l’Égypte. On vit naître une multitude de grenouilles, de sauterelles, etc. À la voix de l’envoyé de Dieu, la peste se joignit à tous ces fléaux, et la terre fut couverte des plus épaisses ténèbres. L’ange du Seigneur frappa de mort tous les premiersnés des Égyptiens, et il épargna ceux des Israélites. Pharaon consentit alors seulement à laisser partir les Hébreux. Aaron était doué de beaucoup d’éloquence. Dans plusieurs circonstances, ce fut lui qui parla à Pharaon et au peuple, pour Moïse, qui avait de la peine à s’exprimer. Moïse, allant recevoir sur le mont Sinaï les tables de la loi, conduisit avec lui Aaron, qu’accompagnèrent Nadab et Abiu, ses fils, et soixantedix vieillards d’Israël. Dieu se fit voir a eux ; mais Moïse, étant retourné seul sur la même montagne, y demeura pendant quarante jours : les Hébreux, mécontents de son absence, demandèrent à Aaron de leur faire des dieux qui puissent les conduire et marcher devant eux. Aaron, ne sachant comment résister à une multitude séditieuse, eut la faiblesse de consentir à sa demande ; et employant les pendants d’oreilles, ainsi que les autres bijoux que les femmes et les enfants lui fournirent, il fit fondre un veau d’or, à l’imitation du bœuf Apis, que les Égyptiens adoraient, et qu’une partie des Hébreux euxmêmes avaient adoré en Égypte. Le peuple révéra cette idole comme le dieu qui l’avait délivré de l’esclavage ; on lui dressa un autel ; on lui offrit des sacrifices, et ondansa autour d’elle. Tandis qu’Israël se livrait à ce culte sacrilège, Moïse descendit de la montagne, et accabla de reproches son frère et les Hébreux. Aaron, qui n’avait été coupable que par faiblesse, essaya de s’excuser : il répondit à son frère que les menaces des Israélites l’avaient effrayé : « Vous savez, ditil, que ce peuple est méchant. » Dieu vit la pureté de son cour et lui pardonna. Aaron ne fut point compris dans le massacre des rebelles, qui fut exécuté par les enfants de Lévi, armés du glaive exterminateur ; 25,000 des plus coupables périrent dans le jour mime. D’après la loi de Dieu, que Moïse donna ensuite au peuple, Aaron et ses quatre fils, Nadab, Abiu, Eléazar et Ithamar furent appelés à exercer la suprême sacrificature. Moïse les purifia par l’eau sacrée, et revêtit Aaron des habillements de sa dignité, c’estàdire d’une robe couleur d’hyacinthe, d’une tunique de lin, de l’éphod, et du rational, ou pectoral, sur lequel étaient gravés les noms des douze tribus d’Israël. L’huile sainte répandue sur la tête d’Aaron, et la mitre dont on le décora, achevèrent la consécration. Sur le devant de la mitre, était une lame d’or on lisait ces mots : La sainteté est au Seigneur. Le grand prêtre portait aussi sur sa poitrine les emblèmes appelés urim et thummin, par le moyen desquels Dieu avait promis de lui découvrir ses volontés. La dignité à laquelle Aaron venait d’être élevé excita de grandes jalousies ; Coré, qui descendait de Lévi au même degré que lui, et qui jouissait d’une grande considération par son âge et ses richesses, voulut lui disputer la sacrificature suprême mais Dieu l’engloutit dans le sein de la terre avec ses doux complices, Abiron, Dathan et deux cent cinquante autres qui s’étaient soulevés contre Moïse et Aaron et les avaient obligés à se réfugier dans le tabernacle. Dieu allait les venger, en envoyant contre le peuple un feu dévorant, lorsque, l’encensoir à la main, Aaron se plaça entre les morts et les vivants, et obtint la grâce d’Israël. Dieu, pour mieux confirmer le choix qu’il avait fait d’Aaron, opéra de nouveaux prodiges Le grand prêtre fit écrire sur douze verges les noms des tribus : celui d’Aaron était sur celle de la tribu de Lévi ; on les plaça toutes dans le tabernacle et le lendemain on vit que celle d’Aaron s’était couverte de fleurs et de fruits. Le feu du ciel consuma ensuite l’holocauste d’Aaron ; mais deux des enfants de ce pontife, Nadab et Abiu, ayant mis dans l’encensoir du feu étranger, malgré la défense de Dieu, furent aussitôt foudroyés ; et Moïse ne permit point qu’Aaron pleurât ces coupables que le Seigneur avait punis. Les fonctions d’Aaron et de sa famille étaient de garder le sanctuaire, dont ils avaient seuls la permission d’approcher. Eux seuls aussi pouvaient accomplir toutes les cérémonies qui se pratiquaient en deçà du voile placé à l’entrée du lieu saint : il leur était défendu de boire du vin ou toute autre liqueur enivrante quand ils devaient entrer dans le sanctuaire. Toutes les offrandes qui n’étaient point destinées à être brûlées sur l’autel leur appartenaient, mais les mâles seuls de cette famille avaient le droit d’y participer, et ils étaient obligés de s’en nourrir dans l’intérieur du lieu saint. (Voy. Lévi.) La vie d’Aaron n’offre plus rien de remarquable jusqu’à sa mort. Les Israélites, arrivés pour la seconde fois à Cadès, étaient sur le point d’entrer dans la terre promise ; Aaron soupirait comme les autres après cet heureux évènements mais Dieu, pour le punir de ce qu’il avait doute de sa puissance, auprès de ce même rocher il se trouvait alors, et qu’il lui avait autrefois ordonné de frapper pour en faire jaillir une source d’eau, lui signifia qu’il mourrait sans passer le Jourdain. Aaron, résigné à cette volonté sainte, se transporte sur la montagne de Hor, Moïse le dépouille des habits pontificaux, dont Eléazar, son fils, est aussitôt revêtu, à la vue de tout le peuple ; et Aaron expire entre les bras de son frère, à l’âge de 123 ans, en ayant passé 40 dans l’exercice du sacerdoce. L’alliance que le Seigneur avait faite avec lui et avec toute sa postérité dans sa personne, à l’exclusion de tout autre, devait durer autant que la nation dont il était le grand prêtre. Les Juifs modernes ont mis le nom d’Aaron dans leur calendrier. Il y eut à Jérusalem quatrevingtsix grands prêtres depuis Aaron jusqu’à la destruction de temple. Cette dignité était essentiellement à vie ; mais lorsque les Romains se furent rendus maîtres de la Judée, les empereurs en disposèrent a leur gré et la vendirent quelquefois à l’encan. (Voy. Moïse.) Dt.

 

Le grand dictionnaire historique – 1759

AARON, dont le nom signifie montagne ou montagne forte, premier grand pontife des Juifs, sortoit de la tribu de Levi, & étoit fils d’Amram & de Jocabed. Amram étoit fils de Caath, Jocabed étoit fille de l’oncle paternel d’Amram, l’un des freres de Caath ; & ce dernier étoit fils de Levi. Aaron naquit en Egypte trois ans avant Moïse, la 83 année avant la sortie des enfans d’Israël de l’Egypte, l’an 2430 du monde, 1574 avant Jésus-Christ, 3140 de la période julienne. Il épousa Elizabeth, fille d’Aminadab, sœur de Naasson, de la tribu de Juda. Dieu qui avoit choisi Moïse pour délivrer les Israélites de la servitude d’Egypte, élut Aaron son frere aîné qui s’exprimoit facilement, pour porter la parole à Pharaon, parceque Moïse étant bégue, avoit peine à s’énoncer. Aaron joignit Moïse par l’ordre de Dieu au pied de la montagne d’Horeb, & ils allerent ensemble en Egypte pour délivrer les Israélites. Aaron accompagna toujours Moïse, & porta la parole pour lui, tant au peuple qu’au roi. Ce fut la verge qu’il portoit qui opéra les premiers prodiges : elle fut changée en serpent, fit changer les eaux en sang, remplit toute l’Egypte de grenouilles, & couvrit ensuite tout le pays de moucherons. En un mot, Aaron eut part à tout ce que Moïse fit pour la délivrance du peuple d’Israël : l’écriture le nomme le prophéte de Moïse. Il continua cette fonction après le passage de la mer Rouge. Ce fut lui qui recueillit la manne dans un vase, qui fut mis depuis dans le tabernacle. Il soutint avec Hur les bras de Moïse pendant le combat que Josué donna aux Amalécites. Il monta aussi sur la montagne de Sinaï avec ses deux enfans, Nadab & Abiu, & soixante-dix anciens d’Israël ; mais ni lui, ni les autres ne s’avancerent que jusqu’à moitié de la montagne, d’où ils virent la gloire de Dieu. Moïse & Josué seuls monterent jusqu’au sommet de la montagne, & y demeurerent quarante jours. Pendant ce temps-là Aaron se laissant vaincre aux instances des Israélites, éleva le veau d’or qu’ils adorerent de son consentement. Moïse étant descendu de la montagne lui reprocha cette action, dont il s’excusa sur la violence que le peuple lui avoit faite. Tout ceci se pana le troisiéme mois après que les Israélites furent sortis d’Egypte. Le premier mois de l’année suivante, Aaron déclaré & consacré grand pontife par l’ordre de Dieu, reçut l’onction sacerdotale, & fut revêtu des habits pontificaux. Ses quatre fils furent faits prêtres en même temps, & ils exercerent depuis les fonctions du sacerdoce ; mais peu de temps après Nadab & Abiu, fils aînés d’Aaron, ayant apporté à l’autel du feu étranger dans leurs encensoirs, contre l’ordre exprès du Seigneur, ils périrent par le feu du ciel. Marie & Aaron ayant eu ensuite un démêlé avec Moïse leur frere, à l’occasion de sa femme Sephora, Madianitide, ou comme il est dit ailleurs Ethiopienne, selon l’expression des septante & de la vulgate, selon l’hébreu à la lettre Chuésta, c’est-à-dire, d’Arabie, Marie fut frapée de lépre, & cette punition ouvrit les yeux à Aaron, qui reconnoissant sa faute, demanda pardon à Moïse pour lui & pour sa sœur. Coré, Dathan & Abiron, de la tribu de Levi, envieux de l’honneur du sacerdoce, s’étant révoltés contre Moïse & Aaron, Dieu fit éclater sa colere contre ces rebelles, en faisant entr’ouvrir la terre, qui les engloutit avec toute leur famille. Ce châtiment fut suivi d’un autre contre deux cens cinquante hommes de ce parti, qui eurent la témérité d’offrir de l’encens à l’autel : il sortit un feu qui les dévora tous. Le lendemain le peuple ayant murmuré de la mort de tant de personnes considérables, & la sédition commençant à se former, Dieu envoya un feu qui consuma le peuple, & qui l’eût entierement exterminé, si Aaron, ayant pris un encensoir & offert de l’encens, ne se fût mis entre les morts & les vivans pour appaiser la colere de Dieu. Le nombre de ceux qui furent frapés de mort fut de quatorze mille sept cens hommes, sans compter ceux qui étoient péris dans la sédition de Coré. Le sacerdoce fut encore confirmé à Aaron par un nouveau miracle : car après que tous les princes des tribus, par ordre de Moïse, eurent mis dans le tabernacle chacun une baguette, pour reconnoître la volonté de Dieu par la distinction qu’il en feroit : lorsqu’on les en tira, on trouva que celle d’Aaron, qui étoit de bois d’amandier, avoit poussé des feuilles & des amandes. Cette verge fut conservée dans l’arche en mémoire de la rebellion des enfans d’israël. Ceci arriva dans le désert de Cadès la troisième année de la sortie de l’Egypte. Depuis ce jour-là Aaron exerça paisiblement les fonctions sacerdotales pendant tout le temps que le peuple fut dans le désert. La quarantiéme année après la sortie d’Egypte, étant proche de la montagne de Hor, sur les confins de l’Idumée, le troisiéme jour du cinquiéme mois, dit l’Ecriture, Aaron monta, par ordre de Dieu, sur le haut de cette montagne ; Moïse le dépouilla, en présence de tout le peuple, de ses habits sacerdotaux, en revêtit Eleazar fils aîné d’Aaron, & l’établit son successeur. Cette cérémonie étant achevée, Aaron mourut âgé de cent vingt-trois ans, l’an 2552 du monde, 1452 avant l’ére chrétienne, & 3262 de la période julienne. Le peuple pleura trente jours la mort d’Aaron, qui fut privé, aussi-bien que Moïse, du bonheur d’entrer dans la terre de Chanaan, pour avoir douté comme lui de la fidélité & de l’effet des promesses de Dieu. Les Juifs font la fête d’Aaron le premier jour de leur cinquiéme mois qu’ils appellent Ab ; & les Chrétiens dans leur martyrologe au premier de juillet. * Exod. 4 & suiv. Nomb. 16. 17. 20. 27. 33. Lev. 9. Deuter. 10. Josephe, antiq. Jud. 2. 3. & 4. Philon, de monarch. lib. 2. Lactance, de vera sapient. lib. 4. Baillet, vies des saints de l’ancien testament.

Pentateuque – Exode 7

  1. L’Éternel dit à Moïse : Vois, je te fais Dieu pour Pharaon : et Aaron, ton frère, sera ton prophète.
  2. Toi, tu diras tout ce que je t’ordonnerai ; et Aaron, ton frère, parlera à Pharaon, pour qu’il laisse aller les enfants d’Israël hors de son pays.
  3. Et moi, j’endurcirai le cœur de Pharaon, et je multiplierai mes signes et mes miracles dans le pays d’Égypte.
  4. Pharaon ne vous écoutera point. Je mettrai ma main sur l’Égypte, et je ferai sortir du pays d’Égypte mes armées, mon peuple, les enfants d’Israël, par de grands jugements.
  5. Les Égyptiens connaîtront que je suis l’Éternel, lorsque j’étendrai ma main sur l’Égypte, et que je ferai sortir du milieu d’eux les enfants d’Israël.
  6. Moïse et Aaron firent ce que l’Éternel leur avait ordonné ; ils firent ainsi.
  7. Moïse était âgé de quatre-vingts ans, et Aaron de quatre-vingt-trois ans, lorsqu’ils parlèrent à Pharaon.
  8. L’Éternel dit à Moïse et à Aaron :
  9. Si Pharaon vous parle, et vous dit : Faites un miracle ! tu diras à Aaron : Prends ta verge, et jette-la devant Pharaon. Elle deviendra un serpent.
  10. Moïse et Aaron allèrent auprès de Pharaon, et ils firent ce que l’Éternel avait ordonné. Aaron jeta sa verge devant Pharaon et devant ses serviteurs ; et elle devint un serpent.
  11. Mais Pharaon appela des sages et des enchanteurs ; et les magiciens d’Égypte, eux aussi, en firent autant par leurs enchantements.
  12. Ils jetèrent tous leurs verges, et elles devinrent des serpents. Et la verge d’Aaron engloutit leurs verges.
  13. Le cœur de Pharaon s’endurcit, et il n’écouta point Moïse et Aaron selon ce que l’Éternel avait dit.
  14. L’Éternel dit à Moïse : Pharaon a le cœur endurci ; il refuse de laisser aller le peuple.
  15. Va vers Pharaon dès le matin ; il sortira pour aller près de l’eau, et tu te présenteras devant lui au bord du fleuve. Tu prendras à ta main la verge qui a été changée en serpent,
  16. et tu diras à Pharaon : L’Éternel, le Dieu des Hébreux, m’a envoyé auprès de toi, pour te dire : Laisse aller mon peuple, afin qu’il me serve dans le désert. Et voici, jusqu’à présent tu n’as point écouté.
  17. Ainsi parle l’Éternel : A ceci tu connaîtras que je suis l’Éternel. Je vais frapper les eaux du fleuve avec la verge qui est dans ma main ; et elles seront changées en sang.
  18. Les poissons qui sont dans le fleuve périront, le fleuve se corrompra, et les Égyptiens s’efforceront en vain de boire l’eau du fleuve.
  19. L’Éternel dit à Moïse : Dis à Aaron : Prends ta verge, et étends ta main sur les eaux des Égyptiens, sur leurs rivières, sur leurs ruisseaux, sur leurs étangs, et sur tous leurs amas d’eaux. Elles deviendront du sang : et il y aura du sang dans tout le pays d’Égypte, dans les vases de bois et dans les vases de pierre.
  20. Moïse et Aaron firent ce que l’Éternel avait ordonné. Aaron leva la verge, et il frappa les eaux qui étaient dans le fleuve, sous les yeux de Pharaon et sous les yeux de ses serviteurs ; et toutes les eaux du fleuve furent changées en sang.
  21. Les poissons qui étaient dans le fleuve périrent, le fleuve se corrompit, les Égyptiens ne pouvaient plus boire l’eau du fleuve, et il y eut du sang dans tout le pays d’Égypte.
  22. Mais les magiciens d’Égypte en firent autant par leurs enchantements. Le cœur de Pharaon s’endurcit, et il n’écouta point Moïse et Aaron, selon ce que l’Éternel avait dit.
  23. Pharaon s’en retourna, et alla dans sa maison ; et il ne prit pas même à cœur ces choses.
  24. Tous les Égyptiens creusèrent aux environs du fleuve, pour trouver de l’eau à boire ; car ils ne pouvaient boire de l’eau du fleuve.
  25. Il s’écoula sept jours, après que l’Éternel eut frappé le fleuve.
  26. L’Éternel dit à Moïse : Va vers Pharaon, et tu lui diras : Ainsi parle l’Éternel : Laisse aller mon peuple, afin qu’il me serve.
  27. Si tu refuses de le laisser aller, je vais frapper par des grenouilles toute l’étendue de ton pays.
  28. Le fleuve fourmillera de grenouilles ; elles monteront, et elles entreront dans ta maison, dans ta chambre à coucher et dans ton lit, dans la maison de tes serviteurs et dans celles de ton peuple, dans tes fours et dans tes pétrins.
  29. Les grenouilles monteront sur toi, sur ton peuple, et sur tous tes serviteurs.

Pentateuque – Exode 29

  1. Voici ce que tu feras pour les sanctifier, afin qu’ils soient à mon service dans le sacerdoce. Prends un jeune taureau et deux béliers sans défaut.
  2. Fais, avec de la fleur de farine de froment, des pains sans levain, des gâteaux sans levain pétris à l’huile, et des galettes sans levain arrosées d’huile.
  3. Tu les mettras dans une corbeille, en offrant le jeune taureau et les deux béliers.
  4. Tu feras avancer Aaron et ses fils vers l’entrée de la tente d’assignation, et tu les laveras avec de l’eau.
  5. Tu prendras les vêtements ; tu revêtiras Aaron de la tunique, de la robe de l’éphod, de l’éphod et du pectoral, et tu mettras sur lui la ceinture de l’éphod.
  6. Tu poseras la tiare sur sa tête, et tu placeras le diadème de sainteté sur la tiare.
  7. Tu prendras l’huile d’onction, tu en répandras sur sa tête, et tu l’oindras.
  8. Tu feras approcher ses fils, et tu les revêtiras des tuniques.
  9. Tu mettras une ceinture à Aaron et à ses fils, et tu attacheras des bonnets aux fils d’Aaron. Le sacerdoce leur appartiendra par une loi perpétuelle. Tu consacreras donc Aaron et ses fils.
  10. Tu amèneras le taureau devant la tente d’assignation, et Aaron et ses fils poseront leurs mains sur la tête du taureau.
  11. Tu égorgeras le taureau devant l’Éternel, à l’entrée de la tente d’assignation.
  12. Tu prendras du sang du taureau, tu en mettras avec ton doigt sur les cornes de l’autel, et tu répandras tout le sang au pied de l’autel.
  13. Tu prendras toute la graisse qui couvre les entrailles, le grand lobe du foie, les deux rognons et la graisse qui les entoure, et tu brûleras cela sur l’autel.
  14. Mais tu brûleras au feu hors du camp la chair du taureau, sa peau et ses excréments : c’est un sacrifice pour le péché.
  15. Tu prendras l’un des béliers, et Aaron et ses fils poseront leurs mains sur la tête du bélier.
  16. Tu égorgeras le bélier ; tu en prendras le sang, et tu le répandras sur l’autel tout autour.
  17. Tu couperas le bélier par morceaux, et tu laveras les entrailles et les jambes, que tu mettras sur les morceaux et sur sa tête.
  18. Tu brûleras tout le bélier sur l’autel ; c’est un holocauste à l’Éternel, c’est un sacrifice consumé par le feu, d’une agréable odeur à l’Éternel.
  19. Tu prendras l’autre bélier, et Aaron et ses fils poseront leurs mains sur la tête du bélier.
  20. Tu égorgeras le bélier ; tu prendras de son sang, tu en mettras sur le lobe de l’oreille droite d’Aaron et sur le lobe de l’oreille droite de ses fils, sur le pouce de leur main droite et sur le gros orteil de leur pied droit, et tu répandras le sang sur l’autel tout autour.
  21. Tu prendras du sang qui sera sur l’autel et de l’huile d’onction, et tu en feras l’aspersion sur Aaron et sur ses vêtements, sur ses fils et sur leurs vêtements. Ainsi seront consacrés Aaron et ses vêtements, ses fils et leurs vêtements.
  22. Tu prendras la graisse du bélier, la queue, la graisse qui couvre les entrailles, le grand lobe du foie, les deux rognons et la graisse qui les entoure, et l’épaule droite, car c’est un bélier de consécration ;
  23. tu prendras aussi dans la corbeille de pains sans levain, placée devant l’Éternel, un gâteau de pain, un gâteau à l’huile et une galette.
  24. Tu mettras toutes ces choses sur les mains d’Aaron et sur les mains de ses fils, et tu les agiteras de côté et d’autre devant l’Éternel.
  25. Tu les ôteras ensuite de leurs mains, et tu les brûleras sur l’autel, par-dessus l’holocauste ; c’est un sacrifice consumé par le feu devant l’Éternel, d’une agréable odeur à l’Éternel.
  26. Tu prendras la poitrine du bélier qui aura servi à la consécration d’Aaron, et tu l’agiteras de côté et d’autre devant l’Éternel : ce sera ta portion.
  27. Tu sanctifieras la poitrine et l’épaule du bélier qui aura servi à la consécration d’Aaron et de ses fils, la poitrine en l’agitant de côté et d’autre, l’épaule en la présentant par élévation.
  28. Elles appartiendront à Aaron et à ses fils, par une loi perpétuelle qu’observeront les enfants d’Israël, car c’est une offrande par élévation ; et, dans les sacrifices d’actions de grâces des enfants d’Israël, l’offrande par élévation sera pour l’Éternel.
  29. Les vêtements sacrés d’Aaron seront après lui pour ses fils, qui les mettront lorsqu’on les oindra et qu’on les consacrera.
  30. Ils seront portés pendant sept jours par celui de ses fils qui lui succédera dans le sacerdoce, et qui entrera dans la tente d’assignation, pour faire le service dans le sanctuaire.
  31. Tu prendras le bélier de consécration, et tu en feras cuire la chair dans un lieu saint.
  32. Aaron et ses fils mangeront, à l’entrée de la tente d’assignation, la chair du bélier et le pain qui sera dans la corbeille.
  33. Ils mangeront ainsi ce qui aura servi d’expiation afin qu’ils fussent consacrés et sanctifiés ; nul étranger n’en mangera, car ce sont des choses saintes.
  34. S’il reste de la chair de consécration et du pain jusqu’au matin, tu brûleras dans le feu ce qui restera ; on ne le mangera point, car c’est une chose sainte.
  35. Tu suivras à l’égard d’Aaron et de ses fils tous les ordres que je t’ai donnés. Tu emploieras sept jours à les consacrer.
  36. Tu offriras chaque jour un taureau en sacrifice pour le péché, pour l’expiation ; tu purifieras l’autel par cette expiation, et tu l’oindras pour le sanctifier.
  37. Pendant sept jours, tu feras des expiations sur l’autel, et tu le sanctifieras ; et l’autel sera très saint, et tout ce qui touchera l’autel sera sanctifié.
  38. Voici ce que tu offriras sur l’autel : deux agneaux d’un an, chaque jour, à perpétuité.
  39. Tu offriras l’un des agneaux le matin, et l’autre agneau entre les deux soirs.
  40. Tu offriras, avec le premier agneau, un dixième d’épha de fleur de farine pétrie dans un quart de hin d’huile d’olives concassées, et une libation d’un quart de hin de vin.
  41. Tu offriras le second agneau entre les deux soirs, avec une offrande et une libation semblables à celles du matin ; c’est un sacrifice consumé par le feu, d’une agréable odeur à l’Éternel.
  42. Voilà l’holocauste perpétuel qui sera offert par vos descendants, à l’entrée de la tente d’assignation, devant l’Éternel : c’est là que je me rencontrerai avec vous, et que je te parlerai.
  43. Je me rencontrerai là avec les enfants d’Israël, et ce lieu sera sanctifié par ma gloire.
  44. Je sanctifierai la tente d’assignation et l’autel ; je sanctifierai Aaron et ses fils, pour qu’ils soient à mon service dans le sacerdoce.

Pentateuque – Lévitique 10

  1. Les fils d’Aaron, Nadab et Abihu, prirent chacun un brasier, y mirent du feu, et posèrent du parfum dessus ; ils apportèrent devant l’Éternel du feu étranger, ce qu’il ne leur avait point ordonné.
  2. Alors le feu sortit de devant l’Éternel, et les consuma : ils moururent devant l’Éternel.
  3. Moïse dit à Aaron : C’est ce que l’Éternel a déclaré, lorsqu’il a dit : Je serai sanctifié par ceux qui s’approchent de moi, et je serai glorifié en présence de tout le peuple. Aaron garda le silence.
  4. Et Moïse appela Mischaël et Eltsaphan, fils d’Uziel, oncle d’Aaron, et il leur dit : Approchez-vous, emportez vos frères loin du sanctuaire, hors du camp.
  5. Ils s’approchèrent, et ils les emportèrent dans leurs tuniques hors du camp, comme Moïse l’avait dit.
  6. Moïse dit à Aaron, à Eléazar et à Ithamar, fils d’Aaron : Vous ne découvrirez point vos têtes, et vous ne déchirerez point vos vêtements, de peur que vous ne mouriez, et que l’Éternel ne s’irrite contre toute l’assemblée. Laissez vos frères, toute la maison d’Israël, pleurer sur l’embrasement que l’Éternel a allumé.
  7. Vous ne sortirez point de l’entrée de la tente d’assignation, de peur que vous ne mouriez ; car l’huile de l’onction de l’Éternel est sur vous. Ils firent ce que Moïse avait dit.
  8. L’Éternel parla à Aaron, et dit :
  9. Tu ne boiras ni vin, ni boisson enivrante, toi et tes fils avec toi, lorsque vous entrerez dans la tente d’assignation, de peur que vous ne mouriez : ce sera une loi perpétuelle parmi vos descendants,
  10. afin que vous puissiez distinguer ce qui est saint de ce qui est profane, ce qui est impur de ce qui est pur,
  11. et enseigner aux enfants d’Israël toutes les lois que l’Éternel leur a données par Moïse.
  12. Moïse dit à Aaron, à Eléazar et à Ithamar, les deux fils qui restaient à Aaron : Prenez ce qui reste de l’offrande parmi les sacrifices consumés par le feu devant l’Éternel, et mangez-le sans levain près de l’autel : car c’est une chose très sainte.
  13. Vous le mangerez dans un lieu saint ; c’est ton droit et le droit de tes fils sur les offrandes consumées par le feu devant l’Éternel ; car c’est là ce qui m’a été ordonné.
  14. Vous mangerez aussi dans un lieu pur, toi, tes fils et tes filles avec toi, la poitrine qu’on a agitée de côté et d’autre et l’épaule qui a été présentée par élévation ; car elles vous sont données, comme ton droit et le droit de tes fils, dans les sacrifices d’actions de grâces des enfants d’Israël.
  15. Ils apporteront, avec les graisses destinées à être consumées par le feu, l’épaule que l’on présente par élévation et la poitrine que l’on agite de côté et d’autre devant l’Éternel : elles seront pour toi et pour tes fils avec toi, par une loi perpétuelle, comme l’Éternel l’a ordonné.
  16. Moïse chercha le bouc expiatoire ; et voici, il avait été brûlé. Alors il s’irrita contre Eléazar et Ithamar, les fils qui restaient à Aaron, et il dit :
  17. Pourquoi n’avez-vous pas mangé la victime expiatoire dans le lieu saint? C’est une chose très sainte ; et l’Éternel vous l’a donnée, afin que vous portiez l’iniquité de l’assemblée, afin que vous fassiez pour elle l’expiation devant l’Éternel.
  18. Voici, le sang de la victime n’a point été porté dans l’intérieur du sanctuaire ; vous deviez la manger dans le sanctuaire, comme cela m’avait été ordonné.
  19. Aaron dit à Moïse : Voici, ils ont offert aujourd’hui leur sacrifice d’expiation et leur holocauste devant l’Éternel ; et, après ce qui m’est arrivé, si j’eusse mangé aujourd’hui la victime expiatoire, cela aurait-il été bien aux yeux de l’Éternel?
  20. Moïse entendit et approuva ces paroles.

Pentateuque – Les nombres 20

  1. Toute l’assemblée des enfants d’Israël arriva dans le désert de Tsin le premier mois, et le peuple s’arrêta à Kadès. C’est là que mourut Marie, et qu’elle fut enterrée.
  2. Il n’y avait point d’eau pour l’assemblée ; et l’on se souleva contre Moïse et Aaron.
  3. Le peuple chercha querelle à Moïse. Ils dirent : Que n’avons-nous expiré, quand nos frères expirèrent devant l’Éternel ?
  4. Pourquoi avez-vous fait venir l’assemblée de l’Éternel dans ce désert, pour que nous y mourions, nous et notre bétail ?
  5. Pourquoi nous avez-vous fait monter hors d’Égypte, pour nous amener dans ce méchant lieu ? Ce n’est pas un lieu où l’on puisse semer, et il n’y a ni figuier, ni vigne, ni grenadier, ni d’eau à boire.
  6. Moïse et Aaron s’éloignèrent de l’assemblée pour aller à l’entrée de la tente d’assignation. Ils tombèrent sur leur visage ; et la gloire de l’Éternel leur apparut.
  7. L’Éternel parla à Moïse, et dit :
  8. Prends la verge, et convoque l’assemblée, toi et ton frère Aaron. Vous parlerez en leur présence au rocher, et il donnera ses eaux ; tu feras sortir pour eux de l’eau du rocher, et tu abreuveras l’assemblée et leur bétail.
  9. Moïse prit la verge qui était devant l’Éternel, comme l’Éternel le lui avait ordonné.
  10. Moïse et Aaron convoquèrent l’assemblée en face du rocher. Et Moïse leur dit : Écoutez donc, rebelles ! Est-ce de ce rocher que nous vous ferons sortir de l’eau ?
  11. Puis Moïse leva la main et frappa deux fois le rocher avec sa verge. Il sortit de l’eau en abondance. L’assemblée but, et le bétail aussi.
  12. Alors l’Éternel dit à Moïse et à Aaron : Parce que vous n’avez pas cru en moi, pour me sanctifier aux yeux des enfants d’Israël, vous ne ferez point entrer cette assemblée dans le pays que je lui donne.
  13. Ce sont les eaux de Meriba, où les enfants d’Israël contestèrent avec l’Éternel, qui fut sanctifié en eux.
  14. De Kadès, Moïse envoya des messagers au roi d’Édom, pour lui dire : Ainsi parle ton frère Israël : Tu sais toutes les souffrances que nous avons éprouvées.
  15. Nos pères descendirent en Égypte, et nous y demeurâmes longtemps. Mais les Égyptiens nous ont maltraités, nous et nos pères.
  16. Nous avons crié à l’Éternel, et il a entendu notre voix. Il a envoyé un ange, et nous a fait sortir de l’Égypte. Et voici, nous sommes à Kadès, ville à l’extrémité de ton territoire.
  17. Laisse-nous passer par ton pays ; nous ne traverserons ni les champs, ni les vignes, et nous ne boirons pas l’eau des puits ; nous suivrons la route royale, sans nous détourner à droite ou à gauche, jusqu’à ce que nous ayons franchi ton territoire.
  18. Édom lui dit : Tu ne passeras point chez moi, sinon je sortirai à ta rencontre avec l’épée.
  19. Les enfants d’Israël lui dirent : Nous monterons par la grande route ; et, si nous buvons de ton eau, moi et mes troupeaux, j’en paierai le prix ; je ne ferai que passer avec mes pieds, pas autre chose.
  20. Il répondit : Tu ne passeras pas ! Et Édom sortit à sa rencontre avec un peuple nombreux et à main forte.
  21. Ainsi Édom refusa de donner passage à Israël par son territoire. Et Israël se détourna de lui.
  22. Toute l’assemblée des enfants d’Israël partit de Kadès, et arriva à la montagne de Hor.
  23. L’Éternel dit à Moïse et à Aaron, vers la montagne de Hor, sur la frontière du pays d’Édom :
  24. Aaron va être recueilli auprès de son peuple ; car il n’entrera point dans le pays que je donne aux enfants d’Israël, parce que vous avez été rebelles à mon ordre, aux eaux de Meriba.
  25. Prends Aaron et son fils Éléazar, et fais-les monter sur la montagne de Hor.
  26. Dépouille Aaron de ses vêtements, et fais-les revêtir à Éléazar, son fils. C’est là qu’Aaron sera recueilli et qu’il mourra.
  27. Moïse fit ce que l’Éternel avait ordonné. Ils montèrent sur la montagne de Hor, aux yeux de toute l’assemblée.
  28. Moïse dépouilla Aaron de ses vêtements, et les fit revêtir à Éléazar, son fils. Aaron mourut là, au sommet de la montagne. Moïse et Éléazar descendirent de la montagne.
  29. Toute l’assemblée vit qu’Aaron avait expiré, et toute la maison d’Israël pleura Aaron pendant trente jours.

 

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*