Bicarbonate de sodium

Autres noms

Aussi appelé bicarbonate de sodium, bicarbonate sodique, bicarbonas sodicus ou hydrogénocarbonate

Textes sur le bicarbonate de sodium

Source: Nouveau manuel complet des aspirans au doctorat en médecine – 1837

Le bicarbonate de soude existe dans les eaux alcalines gazeuzes et principalement dans celles de Vichy. Il cristallise en prismes rectangulaires à 4 pans, à base rectangulaire oblique. Il est d’une saveur faiblement alcaline, et soluble dans l’eau. Chauffé, il se transforme en sesquicarbonate. Il est formé de 41,52 % de soude et de 58,48 % d’acide. Cristallisé, il contient 89,26 % de sel anhydre et 10,74 % d’eau. On l’emploie beaucoup en médecine et on le préfère au carbonate.

Source: Dictionnaire des réactifs chimiques employes dans toutes les expériences. – J-L Lassaigne – 1839

Carbonate de soude saturé. (Bicarbonate sodique. Berz.) Ce sel se trouve en solution dans la plupart des eaux minérales gazeuses, et particulièrement dans les eaux de Vichy et de Mont-d’Or. On le prépare artificiellement en sursaturant d’acide carbonique la solution concentrée de carbonate neutre de soude.
Propriétés. Le bicarbonate de soude cristallise en prismes rectangulaires à quatre pans, sa saveur est faiblement alcaline. Il est soluble dans 13 parties d’eau froide ; sa solution réagit à la manière des alcalis sur la teinture de tournesol rougie, chauffée elle se décompose avec dégagement d’une partie de l’acide carbonique et le sel se transforme en sesquicarbonate de soude.
Composition. Ce sel hydraté contient 10,74 d’eau pour cent ou 1 atome
Anhydre il est formé de :
Acide carbonique 58,48 ou 2 atomes.
Protoxide de sodium 41 ,62 1 atome.
Sa formule. Na2 C.
Caractère distinctif.
1° Mis en contact avec les charbons ardents il ne fond point, devient opaque en perdant son eau de cristallisation.
2° Sa solution aqueuse se comporte comme celle du carbonate neutre , excepté qu’elle ne précipite pas à froid les sels de magnésie et que, comme celle du bicarbonate de potasse, elle laisse dégager une partie de l’acide carbonique lorsqu’on la porte à l’ébullition.
Usages. Le bicarbonate de soude est employé comme réactif aux mêmes usages que le bicarbonate de potasse. Dans les essais docimastiques il sert de fondant, soit seul, soit lorsqu’il est mélangé à la moitié de son poids de borax. Ce flux composé agit favorablement sur l’oxide à réduire, en même temps qu’il fait fondre les matières étrangères non réductibles par le charbon.

Source: Eléments de matière médicale et de pharmacie – Apollinaire Bouchardat – 1839

II n’existe point dans la nature. On trouve dans plusieurs lacs du sesquicarbonate de soude, qui est connu sons le nom de natron. Le bicarbonate de soude est composé de 2 atomes d’acide carbonique et de 1 atome de soude, il contient environ 10 pour cent d’eau de cristallisation. Il est blanc, inaltérable à l’air, il cristallise en prismes rectangulaires à 4 pans, mais il se présente ordinairement sous la forme d’agglomérations opaques, composées de beaucoup de petits cristaux transparents. L’eau froide en dissout 1/13 de son poids, l’eau bouillante le transforme en sesquicarbonate alcalin. Il verdit le sirop de violettes et possède une faible saveur alcaline. Pour le préparer, on soumet du carbonate de soude cristallisé à l’action d’une atmosphère d’acide carbonique. Tout cela , ou bien on le fait traverser par un courant continu de ce gaz, dans un appareil particulier, inventé par Welter, ou bien, d’après Smith , on comprime du gaz acide carbonique dans un vase où sont contenus des cristaux de carbonate de soude supportés par un diaphragme d’étain. L’acide carbonique pénètre jusqu’au centre des cristaux et les convertit en bicarbonate, sans changer leur forme apparente, mais ils deviennent opaques. Comme le carbonate que l’on emploie contient beaucoup plus d’eau que le bicarbonate qui se forme, cette eau s’écoule à mesure de sa transformation en une dissolution saturée qui vient occuper le fond des vases. Voilà pourquoi on place le sel sur un diaphragme percé et soutenu à une certaine hauteur. Ce qu’il y a encore d’avantageux dans cette opération, c’est qu’en se servant d’un sel de soude souillé de sulfate de soude et de sel marin, on obtient cependant un bicarbonate pur, parce que ces sels étrangers sont entraînés avec l’eau de cristallisation.
Propriétés médicales. Le bicarbonate de soude est un sel très fréquemment employé aujourd’hui et en effet toutes les fois qu’il s’agit d’administrer à l’intérieur des substances alcalines, c’est lui qu’on doit préférer. Ce que je vais en dire peut être appliqué d’une manière générale à toutes les substances dont je traite dans ce chapitre, il est absorbé par l’économie, il pénètre dans le sang et peut souvent modifier ses propriétés d’une manière utile, car son action est rapide et énergique, sous ce point de vue je l’ai conseillé dans les empoisonnements par les acides, lorsqu’on soupçonne qu’ils sont absorbés et qu’ils peuvent causer la mort par coagulation du sang. C’est encore dans le but de modifier le sang que le bicarbonate de soude a été prescrit dans le traitement du choléra asiatique. Le bicarbonate de soude est rapidement éliminé du sang par les organes secrétoires, ainsi on le retrouve bientôt dans les urines et dans le lait. On comprend sans peine quels services cet agent pourra rendre, lorsqu’il sera utile de modifier ainsi les liquides secrétés. Il agit aussi en augmentant la quantité de l’urine: c’est ce qui l’a fait classer, par plusieurs thérapeutistes, au rang des substances diurétiques. Son administration n’est accompagnée ni d’accélération de la circulation, ni d’augmentation de la chaleur, jamais d’ailleurs il ne provoque ni la diaphorèse, ni l’écoulement des règles. Il est très employé dans le traitement des affections calculeuses, lorsqu’elles dépendent de la surabondance d’acide urique mais dans ce cas où le bicarbonate de soude agit d’une manière mathématique, il faut avoir soin, pour en diriger l’administration, de s’assurer au moyen du papier réactif de l’état acide ou alcalin des urines. Le bicarbonate de soude peut être très utile dans les affections goutteuses, où l’économie est également sous l’influence d’un excès de production d’acide urique. On prescrit continuellement aujourd’hui le bicarbonate de soude, d’après le conseil de M.Darcet, pour faciliter la digestion et rétablir en peu de temps les fonctions de l’estomac, surtout lorsqu’elles sont troublés par la formation d’une trop grande quantité, ce qui arrive souvent aux gens de lettres et aux personnes trop sédentaires.
C’est le bicarbonate de soude qui donne leurs propriétés principales aux eaux minérales alcalines que nous allons étudier plus bas. On a encore vanté les préparations alcalines dans les hydropisies passives, les engorgements viscéraux, les scrofules.
Tisane alcaline – Bicarbonate de soude, 1/2 gros ; infusion de tilleul, 2 livres, sirop de sucre, 2 onces.
Eau de soude carbonatée (soda water). Prenez : bicarbonate de soude , 20 grains ; eau pure , 20 onces; gaz acide carbonique, 5 volumes. Opérez comme pour l’eau alcaline gazeuse.
Tablette de bicarbonate de soude (pastilles de Vichy ou de Darcet ). Prenez : bicarbonate de soude, 1 once; sucre blanc, 19 onces; mucilage de gomme adragante, q. s. Faites suivant l’art des tablettes de 20 grains. Chaque tablette contiendra 1 grain de bicarbonate de soude. On les aromatise avec 2 gros de baume de Tolu, qu’on a dissous dans 4 gros d’alcool à 35°. On mêle cette teinture au mucilage. On les aromatise encore avec l’essence de roses, ou, selon d’Arcet, avec l’essence de menthe. Selon Béral, le mucilage de gomme arabique donne des pastilles plus belles. (Dose, 4 à 12 par jour, avant et après le repas.)

Source: Nouveau dictionnaire universel des arts et métiers, de l’économie industrielle et commerciale – Louis-Benjamin Francœur – 1839

Les Anglais font une assez grande consommation du bicarbonate de soude pour la préparation de la boisson qu’ils appellent soda water, et qu’ils préparent en versant un verre d’eau sur un mélange de 44 grains de bicarbonate de soude et de 32 grains d’acide tartrique ou citrique. Il se manifeste tout aussitôt une vive effervescence, et c’est dans ce moment même qu’il faut boire le soda water. On se sert également des bicarbonates dans quelques ex périences de Chimie analytique , principalement pour séparer Ia magnésie de quelques autres oxydes qui l’accompagnent quelquefois.

Source: Cours d’économie domestique – Cornélie Chavannes -1840

Conserver le lait grâce au bicarbonate de soude
On ne peut conserver le lait et la crême sans beaucoup de précautions. La moindre odeur leur communique un mauvais goût, le contact immédiat de l’air ou du soleil leur donne le goût de suif, le voisinage des acides les fait tourner ; ils s’ai grissent d’eux-mêmes très-promptement. Le procédé le plus ordinaire, c’est de bouillir le lait qu’on veut garder; mais lors qu’on veut l’avoir frais, il faut recourir à d’autres moyens; en voici un bien facile : il consiste à meure dans le lait du bicarbonate de soude (espèce de sel que l’on trouve dans toutes les pharmacies) ; il faut un gramme ou 19 grains de bicarbonate pour un pot de lait. Cette substance s’empare de l’acide à mesure qu’il se forme dans le lait et le neutralise sans communiquer aucun mauvais goût au lait; de la crême déjà aigrie peut subir l’action du feu sans se cailler, au moyen de ce procédé.

Source: Eléments de chimie minérale – Ferdinand Hoefer – 1841

Il n’est point efllorescent. Il est un peu moins soluble dans l’eau que le précédent. 100 parties d’eau, à la température ordinaire, n’en dissolvent que 10 parties. Exposé à la chaleur, il laisse d’abord dégager un demi équiv d’acide carbonique, en se transformant en sesquicarbonate. En chauffant davantage, il se transforme en carbonate simple.
Etat. Il existe dans quelques eaux minérales , dans les eaux de Vichy , etc.
Composition
NaO,(CO2)2 : bicarbonate anhydre non Composition. cristallisé.
NaO,(CO2)2 + 2HO =bicarbonate cristallisé.
Préparation. On le prépare en faisant arriver dans une dissolution de carbonate de soude , de l’acide carbonique en exces.
Usages. On s’en sert dans la fabrication de l’acide carbonique, des eaux gazeuses artificielles, de la limonade gazeuse, des pastilles de d’Arcet, etc.

Source: Dictionnaire de médecine – 1844

Ce sel est formé d’une proportion de soude (37,01) , de deux proportions d’acide carbonique (52,34), et d’une proportion d’eau (10,65). Sa saveur est faiblement alcaline, il n’a pas d’action sur le papier jaune de curcuma, mais il ramène au bleu le papier de tournesol rougi. Il est soluble dans 13 parties d’eau froide, la liqueur portée à l’ébullition perd le quart de son acide carbonique, il reste une dissolution de sesquicarbonate de soude. Pour préparer ce sel , on soumet des cristaux de carbonate neutre de soude à un courant de gaz acide carbonique, celui-ci est absorbé, et le sel de soude est changé en bicarbonate mais comme le bicarbonate de soude contient moins d’eau de cristallisation que le carbonate neutre, l’excédant de cette eau se sépare et s’écoule sous forme d’une dissolution concentrée. Le carbonate de soude étant lavé avec un peu d’eau et séché, se présente sous la forme d’une masse blanche opaque et amorphe, qui résulte d’une agglomération de cristaux. Le bicarbonate de soude est la matière alcaline que l’on préfère généralement, administré à l’intérieur : il entre dans la préparation d’un grand nombre d’eaux minérales , il est la base des pastilles d’Arcet. On prépare ces pastilles d’après la formule suivante : bicarbonate de soude, 1 partie; sucre, 18 parties; mucilage de gomme adragante, s.q. pour faire des pastilles de 1 gramme. On les aromatise suivant le goût du consommateur.

Source: Encyclographie des sciences médicales – 1844

Le bicarbonate de soude, qui est moins caustique que le carbonate neutr , est un des principes constituants des eaux alcalines gazeuses, telles que celles de Carlsbad, de Seltzer, de Vichy. Il est em ployé comme digestif, résolutif ou fondant, dans les divers cas de dyspepsie idiopathique ou symptomatique, d’engorgement chronique de quelques-uns des viscères abdominaux, mais son principal usage thérapeutique est dans les affections calculeuses. Le sous carbonate de soude et le savon faisaient jadis la base de beaucoup de préparations lithontriptiques. La lessive des savoniers, qui est une solution concentrée d’hydrate de soude, était le principal ingrédient des remèdes de mademoiselle Stephens, de Jurine, etc, si fort en réputation dans les affections calculeuses. D’un autre côté, les propriétés antilithiques du bicarbonate de potasse avaient été indiquées, à la fin du siècle dernier, par Mascagni et par divers autres praticiens. De nouvelles recherches et de nouvelles vues pathogéniques vinrent remettre en vogue, dans le traitement des affections calculeuses et goutteuses, l’emploi des alcalis, qui avaient été à peu près abandonnés. W. Brandes, en montrant qu’aussitôt après l’ingestion du sous-carbonate, les urines deviennent alcalines, d’acides qu’elles sont naturellement. Proust, en découvrant la nature chimique, des calculs , des concrétions de la goutte, etc, donnèrent lieu de chercher et de trouver l’explication du succès des anciens lithontriptiques. On eut donc de nouveau recours aux alcalis, principalement aux carbonates de potasse et de soude et depuis que Robiquet eut démontré que les propriétés lithontriptiques du bicarbonate de soude sont plus puissantes que celles du bicarbonate de potasse, et que, sous ce rapport, les bicarbonates l’emportent sur les alcalis purs et les carbonates neutres, c’est au bicarbonate de soude qu’on a presque toujours recours actuellement dans cette espèce de médication. Du reste, quelque composé alcalin qu’on emploie , c’est l’alcali seul qui paraît agir, et par ses combinaisons produit les effets lithontriptiques. L’usage longtemps continué du bicarbonate de soude détermine le ramollissement , la disgrégation de certains calculs , de ceux qui sont composes d’acide urique, d’urate d’ammoniaque, de phosphate de chaux, de phosphate aminoniaco-magnésien , et principalement d’acide urique et d’urate, calculs qui sont les plus communs. Dans ces cas, le bicarbonate est administré à la dose progressivement croissante de 2 à 30 grammes ( demi-gros à 1 once ) par jour , dans 1, 2. ou 3 litres de véhicule. On peut aussi le faire prendre en bols, en pilules, sous forme de tablettes (tablettes de Vichy). C’est la substance que l’on a particulièrement en vue lorsqu’on administra certaines eaux alcalines , surtout celles de Vichy. Elle est la base du Soda-water (solution de 1,9 gramme de bicarbonate dans un litre d’eau gazeuse ) et de la poudre dite de Sedlitz (Sedlitz powders), mélange de 1 p. de bicarbonate de soude et de 3 p. de tartrate de soude et de potasse.

Source: Traité de thérapéutique et de matière médicale – Armand Trousseau et Hermann Pidoux – 1868

Bicarbonate de Soude, NaO,HO,2CO2», Bicarbonas sodicus (carbonate de Soude saturé).
Il est blanc, cristallisant en prismes rectangulaires, sa saveur est un peu moins alcaline que le sel neutre, l’eau froide n’en dissout que le treizième de son poids, l’eau à 100° le transforme en ses- quicarbonate et en acide carbonique.
Préparation. On l’obtient, d’après le procédé de R. Smith, en soumettant le carbonate de Soude ordinaire cristallisé à l’action d’une atmosphère d’acide carbonique. Le bicarbonate de Soude est maintenant beaucoup plus en usage que le sel précédent. Il fait la base des tablettes digestives de d’Arcet (tablettes de Vichy, tablettes de bicarbonate de Soude).
Pr. : Bicarbonate de Soude. . 32 gr.
Sucre 596
Baume de Tolu 8
Alcool à 86° 16
Gomme adragant 5gt,50
Eau 44 gr.
Faites dissoudre le baume de Tolu dans l’alcool, dans une fiole a médecine, ajoutez l’eau, chauffez un instant et filtrez. On se sert de cette liqueur pour préparer le mucilage, on fait des tablettes de 1 gramme qui contiennent chacune 5 centigrammes de bicarbonate de Soude. On les aromatise avec l’essence de menthe. Toutes les essences, mais surtout celles des labiées, forment des combinaisons avec les carbonates alcalins: ce sont des espèces de savonules. Il en résulte que les tablettes de Vichy, aromatisées de la sorte, acquièrent bientôt une saveur urineuse très prononcée. Ces tablettes peuvent être avantageusement remplacées par la préparation suivante, que nous avons indiquée dans le Journal des connaissances médico-chirurgicales :
Sucre de Vichy.
Pr.
Bicarbonate de soude. . 10 gr.
Sucre pulvérisé 200
Mêlez.
Le bicarbonate de Soude fait encore la base de cette boisson si fréquemment employée par les Anglais, le soda—water, il fait aussi partie des Sedlitz powders, mélange laxatif et acidulé composé de 1 partie de bicarbonate de Soude et de 3 parties de tartrate de Soude et de potasse, Il entre dans la composition d’un grand nombre d’eaux minérales.

Source: Traité d’analyse des substances minérales – Adolphe Carnot – 1898

Le bicarbonate de sodium, le carbonate d’ammonium, produisent la précipitation du plomb à l’état de carbonate, dont l’apparence rappelle celle des carbonates alcalino-terreux. Ce sont des baguettes ramifiées, des aiguilles orthorhombiques.

Pour avoir du carbonate de sodium pur, on peut dissoudre et faire cristalliser à plusieurs reprises le carbonate ordinaire, on peut aussi partir du bicarbonate de sodium en poudre, que l’on traite par une petite quantité d’eau sur un entonnoir à succion. On essaye deux ou trois fois, puis on constate si l’eau, qui a traversé la masse de sel, acidifiée par l’acide azotique, ne se trouble plus, ni par le chlorure de baryum, ni par l’azotate d’argent.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*